tipografia

Reproductibilité et sérialité: le processus créatif des affiches de Chéret

In arte nova, cartazes, Jules Chéret, movimentos, personagens on Dezembro 12, 2008 at 11:46 pm

Virginie Vignon began her academic studies in 1996 at the University Blaise Pascal of Clermont-Ferrand. After obtaining a BS in Art History at the University Charles de Gaulle-Lille III, she continued at the University of Paris X-Nanterre in 1998.

Dès la fin des années 1860, sous l’impulsion de Jules Chéret (1836-1932) qui fonde, à Paris, le premier atelier lithographique spécialisé dans l’affiche en couleur, cette industrie est sur le point de connaître un développement sans précédent en France.

En même temps qu’elle se dote d’une technique de reproduction viable, l’affiche illustrée en couleur devient un support commercial à part entière et envahit l’espace urbain de son image. (cf. je pense ici tout partuculièrement aux réflexions bien connues de Huysmans, de Roger Marx ou même de G. Kahn sur l’effet produit par le placard coloré sur la monochromie et la rectitude du mur)
En 1894, dans son manifeste intitulé “The Art of the hoarding”, publié en anglais dans The New Review, Jules Chéret revient sur les caractéristiques formelles propres à l’élaboration de l’affiche illustrée en couleur. Si la question de la reproduction fait nommément partie des aspects étudiés, la sérialité est envisagée implicitement dans les paragraphes consacrés au format et à l’affichage.
Chéret est le premier et sans doute l’un des rares à s’être exprimé sur de tels sujets. Si réfléchir en termes de reproduction et de série dans le cadre de ses affiches revient à interroger les modalités de son processus créatif, nous verrons d’abord en quoi la notion de reproductibilité qui est liée à l’aspect technique de l’affiche en fonde l’existence.
Dans un second temps, nous montrerons que la sérialité dans l’affiche est à l’origine des formes de son discours visuel.
I. Reproduction : l’aspect technique, essence même de l’affiche
La reproductibilité dérive du mot reproduction. Ce terme dès lors que l’on est en présence d’affiches renvoie à l’emploi d’une technique, d’un procédé d’impression qui lui est propre. Comme l’affirme Chéret lui-même : « […] it seems to me that lithography is the only really satisfactory method of reproducing designs such as those employed in mural advertising. »[1]
[olhar c/olhos de ver…]

[1] Cf. Chéret Jules, “The Art of the hoarding”, The New Review, vol. XI, n° 62, July 1894, p. 50.

Reproductibilité et sérialité : le processus créatif des affiches de Chéret by Virginie Vignon is licensed under a Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 United States License.
Based on a work at http://virginievignon.com .

Anúncios

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: